Noyades – au passage l’un des meilleurs noms de groupe de ces dernières années, ça nous change un peu de toutes ces appellations à base de lotions capillaires et autres références au matérialisme moderne – est un trio lyonnais composé d’un batteur acharné, d’un bassiste un rien arrogant mais beau gosse et d’un guitariste amateur de pizza et déjà croisé à de multiples reprises dans divers projets en solo. Trois chevelus qui dégainent un son furieux, abrasif, totalement instrumental, chargé de belles envolées et de rituels spatio-temporels. Ah… en écoutant Noyades on ne peut pas s’empêcher de penser un peu à Psychic Paramount (dont le patron, oui encore lui, avait détesté le deuxième album, je tiens à affirmer ici que je ne partage absolument pas son avis de vieux râleur) mais la comparaison ne tient pas longtemps. Car on trouve chez Noyades ce goût pour un psychédélisme illuminé tel qu’il a été allégrement copié puis déformé par toute un tripoté de groupes japonais depuis plus de trente ans, au point d’en amplifier durablement les effets hautement hallucinogènes. Noyades aime citer Keiji Haino parmi ses références éventuelles mais, en dépit des efforts insensés du guitariste du groupe pour tenter de ressembler au vieux maître japonais, je citerais plus volontiers des trucs beaucoup plus hippies tel que Acid Mothers Temple et Makoto Kawabata ou des groupes plus sales (et plus garage) tels que Musica Transonic et Mainliner (au passage deux autres groupes dans lesquels a joué ou joue également Kawabata). Le coté hippie de Noyades c’est Reflects, un long titre de quinze minutes qui occupe toute la face B de la cassette, un trip qui tient toutes ses promesses, signe évident que Noyades est un groupe qui lui tient la route. Le côté plus brutal est occupé par les deux autres titres en face A, Mevlana et Bear Rider, deux gros boulets rouges qui explosent à chaque instant, un gros flash dans la cervelle

Schon einmal von Noyades gehört? Nein, dann jetzt. Sie sind eine psychedlisch-jazzige Garage -Rock Band mit so viel Power wie eine Rakete. Die treiben euch richtig nach vorne. Wenn ihr hiermit joggen geht, dann rennt ihr – also vorsicht. Der Beat hat euch die Füße aus den Schuhen, also tanzt lieber Barfuß – seid wieder Punk und lebt.

So oder so ähnlich kommt die Musik zumindest rüber. Und wo ist der Haken? Es ist instrumental, so manch einer würde sich hier vielleicht ein bisschen über vocals freuen, doch so schnell mag doch keiner Singen – nicht immer. Mit dieser Band seid ihr viel in Bewegung – und wenn es nur einer Trommelfell ist.

Interessanter Kram, reinhören Pflicht, Stil jedoch Geschmackssache – ich finds abgefahren gut.

Favorite-Track: Bear Rider

Facebook

bandcamp

Label: skrecords.org

Label: atypeekmusic.com

Noyades – Go Fast (Atypeek Music/ S.K. Records, 12/2016)
4.6Gesamtwertung